Interviews + Podcasts

Marcus Mitter, fondateur de 360-up : des interviews

Marcus Mitter, fondateur de 360-up , interviews réalisés par Digitale Kohle

Discussion sur l’évolution des médias à 360° de 2010 à 2020

Dialogue à propos de l’argument commercial exceptionnel de 360-up sur les médias à 360° en 2020

Stefan : Nous étions ensemble chez …

Christian : … Marcus Mitter ! Il a installé son entreprise 360-up à Düsseldorf. Marcus s’occupe de photographie panoramique, 3D. Maintenant qu’il est ici laissons-le se présenter.

Stefan : Oui, bienvenue Marcus, raconte-nous.

Christian : Oui, amusez-vous avec Marcus Mitter.

Stefan : Nous sommes le 16 juillet et il est 14h30 passées. Non pas que l’heure exacte soit généralement très importante dans un podcast, mais voilà exactement 50 ans, les américains ont levé les yeux vers le ciel pour regarder la fusée Apollo 11 décoller vers la Lune. A ce moment précis l’avenir technologique a commencé son ascension. Un appareil photo Hasselblad avec lequel ils ont pris des photos fabuleuses de notre planète faisait partie du voyage.

Depuis lors nous nous sommes habitués à cette « vue d’en haut » et aujourd’hui nous avons accès à des milliers d’images satellites et notamment avec Google Maps dans le cadre des recherches connectées de notre vie quotidienne. Toutefois il semblerait qu’il soit redevenu plus intéressant de voir les choses de près et c’est pourquoi nous rendons visite à Marcus Mitter. Il a fondé son entreprise 360-up début 2012 et continue à la développer. Marcus, que fais-tu exactement ?

Marcus : En effet, nous avons commencé par publier les images de propriétés de luxe afin de montrer les maisons individuelles sur leurs emplacements réels, un clic sur un hotspot sur la porte, puis il devenait enfin possible d’entrer dans la visite virtuelle. Malheureusement, ce ne fut pas le succès escompté. En 2013 j’ai lancé un nouveau projet et produit une visite « Panoramique Gigapixel » le long du Rhin.

Je suis né à Krefeld et j’ai fondé mon entreprise à Bonn, le résultat a été publié sous la forme d’une visite panoramique gigapixel grâce à une initiative de la Chambre de Commerce de Cologne, dont la responsabilité administrative s’étend jusqu’au Bas-Rhin. La visite commence sur le toit de l’immeuble de l’hôtel de ville à Bonn qui n’est pas un si beau bâtiment, de sorte que l’on ne le voit pas. Vous pouvez zoomer sur les Drachenfels, vous pouvez vous tourner et cliquer vers Cologne, puis zoomer à nouveau, regarder la ligne d’horizon de Cologne, tout à coup vous vous tenez sur le plus haut immeuble de bureaux en Rhénanie du Nord-Westphalie, sur le KölnTurm dans le Media-Park, puis vous pouvez zoomer à travers la ville de Cologne, continuer à visiter la ville où j’avais mon bureau, Düsseldorf la capitale des médias.

Là, nous sommes positionnés avec notre trépied géant sur le toit de l’immeuble Hyatt situé dans le port des médias. Cette vue est devenue le plus grand giga-panoramique. Maintenant, vous pouvez zoomer sur l’insigne de Bayer, le Bayer-Kreuz, aller vers Krefeld-Uerdingen en plein-écran, puis vous retrouver sur le toit de la distillerie historique Dujardin. Vous regardez autour de vous et vous voyez une carte postale panoramique, puis en regardant par-dessus Duisburg, au-dessus du Rhin vous pouvez voir un agriculteur conduire son tracteur au loin.

Stefan : Ton entreprise est à Düsseldorf et juste devant nous le panorama de Düsseldorf est accroché à ton mur, il est déjà remarquablement grand avec, je dirais 5 mètres, 4 mètres de longueur ? Illuminé par derrière ?

Marcus : Oui, c’est une excellente qualité d’image, type musée, rétroéclairé, on ne peut obtenir cette qualité qu’en 3 mètres de long.

Stefan : C’est impressionnant, mais bien sûr on ne peut pas voir autant de détails. Je connais l’image de ton site web où l’on peut vraiment zoomer et on peut voir tout-à-coup certaines personnes marchant avec leur chien à côté.

Marcus : Cela fait partie de cette fameuse visite panoramique gigapixel que j’ai décrit plus haut. Vous pouvez la trouver simplement en tapant sur Google Gigapixel Panorama Düsseldorf ou Cologne ou Bonn. Vous naviguez ensuite avec la carte et comme il est en multi-résolution, vous pouvez vraiment regarder et zoomer en profondeur dans les bâtiments et dans la ville. Soit dit-en passant, c’est le plus grand fichier d’image de Düsseldorf à ce jour et nous parlons d’une taille presqu’ingérable pour Photoshop. Le fichier d’image assemblé se compose de 530 prises en plein format avec un chevauchement spécifique pour multiplier les points d’ancrage. Aujourd’hui, les 530 images uniques en plein format forment au total, de mémoire, 220000 pixels de large par 30000 pixels de hauteur. Avec une résolution d’écran de 72dpi, c’est environ 80 mètres x 10 mètres. Si je voulais envelopper cette impression sur une arène à Düsseldorf, cela fonctionnerait car nous n’aurions pas besoin d’une telle résolution. C’est donc la plus grande image de Düsseldorf existante à ce jour.

Stefan : Y a-t-il déjà des applications commerciales pour ce travail ou est-ce un projet pour montrer votre savoir-faire ?

Marcus : Il n’y a pas eu de débouché commercial pour ce projet à Düsseldorf. Mais le panorama de Cologne fonctionne comme application d’affichage numérique à la réception du KölnTurm, le plus haut immeuble de bureaux de Cologne et en Rhénanie du Nord-Westphalie, là où nous étions sur le toit à 150 mètres du sol. Aujourd’hui, 400 personnes qui y travaillent et y rentrent et tous les jours peuvent profiter de cette vue prise à 150 mètres de hauteur qui se trouve être exactement la hauteur de la flèche de la Cathédrale de Cologne.

Donc, tu as commencé en 2012, cela signifie que t’as aussi eu une vie professionnelle antérieure. Viens-tu du monde de la photographie ou alors, qu’as-tu fait avant cette page de ta vie ?

Marcus : Oui, je suis né à Krefeld en 1965, et au lycée j’avais demandé au professeur d’arts, pendant longtemps, d’avoir accès au labo photo – parce qu’il avait stocké ses statues de plâtre dans l’ancienne chambre noire – pour donner un moyen d’exprimer ma passion, finalement je les ai sorties et nous avons commencé le groupe de travail photo, cela signifie que nous avons développé des photos en noir et blanc avec les techniques traditionnelles de laboratoire photo argentique.

C’est ce que j’ai fait personnellement, mais professionnellement, j’ai fait autre chose. J’ai déménagé et étudié en France, et dans ma vie professionnelle précédente, qui s’est terminée en 2010 après la crise économique, 20 à 25 ans après mes études en France, j’ai travaillé comme directeur des ventes, chef de produit, voyageant autour du monde principalement vers des endroits où personne ne voulait aller. En résumé, j’ai été un voyageur international dans le monde des affaires et dans de nombreux domaines et secteurs.

Christian : Supposons que je veuille intégrer la visite panoramique de mon entreprise sur mon site web, comment cela fonctionne ?

Marcus : Pour une version rentable aujourd’hui : je suis, grâce à la visite panoramique gigapixel qui est parue dans les médias, un photographe panoramique bien connu ici en Allemagne, et Google est entré en contact avec moi. J’ai été l’un des premiers spécialistes triés sur le volet, qui après la formation et la réussite de l’examen, avait le droit de télécharger une visite virtuelle dans les annuaires commerciaux Google MyBusiness, – dans une certaine norme selon les lignes directrices de Google – donc, directement dans Google Maps et avec la technologie Street View.

Ainsi, lorsque vous googlez quelque chose aujourd’hui, sur votre smartphone ou sur votre ordinateur, vous pouvez voir l’annuaire commercial Google, mot-clé Google MyBusiness, vous pouvez cliquer sur les photos ou sur le cadre de la carte et si vous allez sur cette carte vous aurez une visite publiée par nos soins avec la technologie Street View, c’est alors que vous pourrez cliquer dans le coin supérieur gauche, il y a un petit menu « breadcrumb » où il y a une option « partage ou intégration de l’image », puis via l’I-frame-embed-code, vous pouvez intégrer directement la visite virtuelle à votre propre site web, et ce avec la position de l’écran de départ et l’angle que vous choisissez.

Cela signifie que nous parlons de doubler l’optimisation des moteurs de recherche. D’une part, seulement environ 50% de toutes les recherches Google aujourd’hui se poursuivent vers un site web. Cela signifie aussi que le listing commercial Google MyBusiness est important, et l’intégration est tout simplement géniale, mais ce qui est aussi très important : si vous avez ce produit, vous pourrez l’obtenir sur votre propre site web via ce code I-Frame. Ensuite, votre propre site web sera connecté à une URL Google Maps et les robots Google ne vont pas seulement aller sur leurs propres résultats. En d’autres termes, il s’agit d’un avantage de classement et la solution la moins chère.

La solution plus cool pour les utilisateurs finaux donc les utilisateurs sur votre site web est notre système de gestion de contenu pour les visites virtuelles, parce que nous ne nous contentons pas de sauter d’un point à l’autre avec les flèches Street View. Car nous avons superposé une surface, au-dessus de la visite pour obtenir la possibilité de montrer la navigation et toute sorte d’informations complémentaires.

Maintenant, nous pouvons dire : voici votre bureau, il y a la zone d’entrée, il y a ceci et cela, et la salle de conférence est ici et puis je peux encore aller ici où là d’un seul clic. Maintenant, transférez-le à un hôtel : vous pouvez directement savoir si vous voulez voir le bar, le centre de remise en forme ou la suite royale. Il s’agit de notre activité quotidienne et avec notre système de gestion de contenu, il est également possible d’installer des snippets-SEO, éléments de code pour opimisation moteurs de recherche dans le backend du système. C’est ce type d’information que le robot Google traite et vous pourrez l’observer dans les résultats de recherche, dans le titre et les descriptions. Ceci étant possible avec notre module multilingue pour vous exprimer et vous laisser trouver en 190 langues.

Quand vous utilisez un processus semi-automatisé, vous pouvez produire des éléments codés et les fournir au robot Google, la possibilité d’être trouvé en est améliorée et lorsque cette visite est sur votre site web, celui-ci sera bien sûr encore mieux suivi et trouvé. Vous pouvez également contrôler la chronologie de l’affichage de ces snippets-SEO et en automatiser le processus. Vous pouvez indiquer au robot, je prends l’exemple de la saison du printemps, « jusqu’à Pâques nous avons quelque chose avec des plats à base d’agneau dans notre offre » puis ce message disparaît automatiquement à Pâques et peu avant l’automne vous recommencez avec des plats de gibier.

Cela signifie que vous pouvez automatiquement nourrir le robot Google d’informations telles que votre site se classe de façon optimale. Et là tout d’un coup, nous ne parlons plus de belles images ou d’interactivité, mais de l’optimisation des moteurs de recherche.

En outre, notre CMS nous permet d’installer une navigation séparée pour une utilisation de la réalité virtuelle. Vous pouvez non seulement intégrer une visite virtuelle sur votre site web comme celle publiée sur Google avec les visites Google, mais aussi cliquer sur les lunettes immersives dans notre système de gestion de contenu, sur l’icône Cardboard, les lunettes VR, et vous entrez en mode WebVR. Vous pouvez acheter une paire de Google Cardboard pour une quinzaine d’euros et vous serez en mesure, dans le cadre de l’expérience de réalité virtuelle, de regarder vers le haut et de voir apparaitre un menu de navigation pour vous permettre de choisir de naviguer de nouveau dans la suite royale ou le centre de loisirs de l’hôtel, directement et en mode mains-libres.

Un bel exemple de ce que nous avons fait il y a deux ans est la présentation de 25 yachts de la marque Bavaria à la Foire Internationale du Nautisme de Düsseldorf. Maintenant, chaque utilisateur peut opter, dans toutes les langues, s’il regarde le plus beau ou le moins cher ou le meilleur yacht à moteur ou voilier. C’est amusant pour nous tous, parce que c’est ludique, notre instinct de jeu s’en trouve sollicité. En d’autres termes, les gens qui utilisent nos médias s’en souviennent parce qu’ils sont interactifs d’une part, et d’autre part, ils vont s’en rappeler parce que c’est juste amusant.

Christian : Cela est très intéressant. Lorsque tu parles de votre système de gestion de contenu, est-ce un logiciel en tant que service associé ? Comment puis-je l’obtenir ? Comment puis-je l’utiliser par moi-même ?

Marcus : Chez 360-up aujourd’hui, nous faisons ce qui suit : nous voulons offrir des solutions simples et accessibles de bout en bout. Lorsque vous acceptez notre offre, nous créons une visite virtuelle et produisons les panoramas dans une qualité maximale car il s’agit de séries d’exposition et de capteurs plein-format, de technologie professionnelle, avec adaptateur de point nodal, c’est une autre dimension par rapport à ce que chacun peut faire avec son smartphone.

Nous chargeons ces panoramas. Nous construisons la navigation de base, c’est alors que nous avons la possibilité de faire cela seulement soit comme une visite Google, soit de la charger dans notre CMS, en fonction du produit dont vous souhaitez disposer. Selon les souhaits du client nous construisons la visite après discussion et présentation de notre maquette de publication. Donc, comme je l’ai déjà dit avec l’exemple de l’hôtel, la suite royale et la chambre standard simple. Nous formons nos clients afin qu’ils puissent le faire eux-mêmes dans le backend du système. Nous pouvons attribuer différents niveaux d’autorisations après la formation. Mais nous nous assurerons dans le flux de travail que seules les réalisations parfaites seront disponibles en ligne et hors ligne.

Stefan : De plus, nous avons encore la deuxième moitié d’une contribution qui est entièrement originaire de la région. Maintenant, ici directement depuis Düsseldorf ; c’est l’interview de Marcus Mitter, avec ce photographe et spécialiste 3D, professionnel de l’image géante. Il a déjà beaucoup dit dans le dernier épisode officiel et aujourd’hui le reste de l’histoire arrive.

Christian : Excellent, écoutons-le.

Stefan : Retour à la deuxième interview partielle de Marcus Mitter, habitant de Düsseldorf, vidéaste à 360° et par ailleurs chef-innovateur concernant la mise en œuvre de concepts virtuels.

Christian : Marcus, tu nous as dit avant la pause que votre CMS, celui avec lequel vous présentez ces visites sous une forme qui la rend vraiment accessible et ludique pour les visiteurs. À quel groupe cible pensez-vous ? Est-ce quelque chose pour un cabinet médical ou est-ce que je dois diriger un grand hôtel afin que je puisse obtenir un retour sur investissement ?

Marcus : Le retour sur investissement avec nos visites virtuelles dépend bien sûr du secteur d’activité concerné. Mais réellement nous avons aussi des clients très divers à Düsseldorf, comme un chirurgien plasticien, et là nous ne parlons pas de grands projets. Nous avons commencé à utiliser notre CMS il y a des années, il est développé par un de mes amis et nous l’améliorons de façon permanente.

Au CHU de Düsseldorf, vous pouvez naviguer dans la clinique ambulatoire, la médecine opérationnelle et à travers un deuxième centre, le ZOM II. Nous l’avons simplement amélioré en incorporant une navigation et des informations supplémentaires, par exemple le menu de la cafétéria, donc par exemple dans un PDF.

Chacun, grands et petit, peut l’utiliser.

Un beau projet que nous avons mis en œuvre cette année est une visite de l’hôtel Hyatt House, pas le Hyatt Media Harbour, mais le nouvel établissement Hyatt dans le quartier Andreas près de la Ratinger Straße dans la vieille ville de Düsseldorf. La Hyatt House sur la Ratinger Straße a récemment ouvert ses portes. Notre visite virtuelle avec le CMS peut être utilisée en deux langues, directement via leur site web.

Cela signifie, qu’un client potentiel recherchant cet établissement en ligne, trouve le listing Google MyBusiness, va sur le site web, peut cliquer sur le bouton directement en dessous de l’image « Explorez notre hôtel » et arriver dans la première image puis, via I-frame-embed, directement dans la visite. Ceci constitue le summum en matière de technologie dans le domaine de la visite virtuelle. Nous suivons également le comportement des utilisateurs dans notre système, ceci étant tout à fait légal.

Christian : Sur quelle base technique le système est-il construit ? Tu viens de dire que ton ami l’a développé lui-même.

Marcus : Il est codé à partir d’une simple idée du concepteur qui est parti de zéro. Soit dit en passant, des améliorations sont ajoutées régulièrement au fil du temps.

Stefan : Combien de projets ont déjà été réalisés au total ?

Marcus : Oh, je dirais plus d’une centaine à ce jour. La première version a été, historiquement, celle où nous avons pris nos visites Google que nous avions en arrière-plan et nous avons superposé une surface de navigation. En raison du fait que Google est parfois un peu imprévisible en termes d’API et d’interfaces, nous avons abandonné cela. Depuis deux ans et exclusivement maintenant, nous prenons nos panoramas, les téléchargeons dans le système de gestion de contenu, le CMS, hors univers Google, pour certaines raisons, également en termes de coût d’utilisation des API, et nous construisons à nouveau la visite de façon complètement neutre, mais parfois aussi avec navigation par hotspot, comme on vient de le voir, avec les flèches Google Street View, de sorte que l’utilisateur sache comment l’utiliser. Nous pouvons également télécharger nos propres images pour les afficher comme hotspots.

Etant donné qu’avec notre CMS nous ne sommes plus dépendants de Google, nous pouvons maintenant offrir des expériences de réalité virtuelle en Web-VR, que vous pouvez visionner avec des lunettes VR premier prix. Il suffit de regarder vers le haut, le menu de navigation s’affiche et vous contrôlez votre navigation. C’est ludique et simplissime.

Aujourd’hui, nous pouvons offrir nos services de visites virtuelles hors ligne pour une plus grande facilité d’accès, à travers quatre applications développées par 360-up que nous avons rendu disponibles dans les magasins Windows, Mac, IOS, et l’Android Store. Nous vendons à nos clients un code clé pour y accéder. Lorsque le client achète la clé, il peut la transmettre à ses clients et partenaires de choix. Les visites deviennent disponibles à travers notre application ou via une solution « white label » avec la marque du client.

Ainsi, l’utilisateur final voulant visionner la visite a la possibilité de l’utiliser hors ligne, même là où cela il n’a jamais été possible, par manque de réseau par exemple.

Stefan : C’est quelque chose comme une application web progressive pour les visites VR ! Tu viens de nous montrer, lors d’une visite VR, une vidéo qui se met en route après avoir cliqué sur un hotspot, qu’est-ce que c’était exactement ?

Marcus : Nous pouvons utiliser plusieurs outils dans le CMS. L’un d’entre eux est l’outil multilingue. Nous pouvons utiliser la navigation, ce qui signifie que je choisi de naviguer directement vers ce que je veux découvrir. Nous pouvons utiliser des liens externes tant que nous restons en ligne. Si nous construisons la visite pour utilisation hors ligne, nous pouvons également utiliser d’autres éléments que nous chargeons directement dans l’outil. Cela signifie que nous n’utilisons pas un I-Frame avec une vidéo YouTube par exemple, mais nous chargeons la vidéo directement dans l’outil. Cela signifie que nous le construirons un peu différemment s’il s’agit d’une visite à vocation hors ligne ou bien en ligne.

Je précise à propos des infoboxes et des hotspots que nous utilisons : nous pouvons placer des informations supplémentaires où nous le voulons et contrôler l’affichage de ces informations dans la durée. Cela signifie que nous pouvons mettre toute information liée au web dans la visite virtuelle. Dans le CMS on peut aller en mode d’intégration de code, afin de créer quelque chose d’esthétique qui sera ensuite contenu dans une infobox.

Nous pouvons mettre des infoboxes où nous voulons et autant que nous le voulons. Cela signifie que nous pouvons nous diriger vers l’édition de visites encore plus ludiques. Nous pouvons installer immédiatement autant d’informations supplémentaires que nous le voulons, y compris des fichiers sonores. Nous nous assurons que les gens l’utilisent pendant une période prolongée et quand c’est sur votre site web, vous profitez de l’optimisation SEO et nous sommes présents pour nous assurer de la qualité de la publication.

Christian : Toujours à propos de la « gamification » et des hotspots. En supposant que j’ai une visite de mon hôtel maintenant, pourrais-je en tant qu’exploitant d’hôtel, afficher un hotspot du type « Trouver ceci ou cela et vous obtiendrez un code de réduction pour une nuit avec une remise de 10% « . Est-ce possible ?

Marcus : Sans aucun problème. Nous l’avons fait il y a quelques années comme proposition de vente unique pour le Steigenberger. Nous nous sommes rapprochés du Steigenberger et leur avons dit que nous pouvions construire une visite où vous permettiez directement d’entrer dans le planning de réservation de l’hôtel. Cette idée les a vraiment interpellés.

C’est pour ça qu’ils l’ont fait. Actuellement nous produisons d’autres visites d’hôtel dans laquelle vous pouvez naviguer dans la suite royale ou dans la chambre standard et réserver directement dans le système de réservation de l’hôtel

Donc, les codes de réduction et ainsi de suite, tout cela est possible. Comme il a été dit, dans une version en ligne, nous pouvons intégrer l’ensemble du web, dans une version hors ligne, nous pouvons télécharger des fichiers PDF, sonores, vidéos et tout ce qui pourrait être recherché.

Stefan : Sortons de l’hôtel jusque dans la rue. Sur votre site il y a une vidéo où tu te déplaces avec une camera 3D sur ton sac à dos sur l’avenue de la Königsallee. De quoi s’agit-il ?

Marcus : Oui, c’est dans une ou deux de nos dernières nouveautés. C’est une vidéo à 360 degrés de la meilleure qualité qui soit. Cela signifie que nous produisons aujourd’hui avec de la résolution 8K. Avec nous, vous pourriez, à l’ITB de cette année à Berlin, la Foire Internationale du Tourisme, monter sur un vélo, mettre votre casque VR et voici l’expérience hors ligne dans une vidéo 360° le long de la Route de la Culture Industrielle, en regardant des hotspots, le long de la Ruhr sur la piste cyclable. Et tout ça assis sur votre selle de vélo à Berlin.

Donc, la vidéo à 360 degrés est le prochain grand rendez-vous. Nous avons des projets en cours dans le tourisme. En tant que chef de produit et en tant que fondateur, à l’affût des nouveautés importantes, je recherche les tendances. Mais je ne peux encore rien montrer ; nous sommes à la recherche d’un client payant.

Il s’agit de visites virtuelles, avec un CMS différent, où nous naviguons à travers des séquences vidéo.

Stefan : Quelle est la portée de la transmission en temps réel ? Et quelle est la qualité de l’image en temps réel ?

Marcus : Il y a des contraintes. C’est pourquoi nous aimons charger les vidéos sur nos lunettes VR. Tout y est, y-compris le téléphone portable, si vous voulez. Ainsi, avec les nouveaux écrans haute résolution, nous pouvons maintenant garantir jusqu’à 4K par œil !

Et nous fournissons le produit tout-inclus, il pèse 260 grammes, de sorte que chaque représentant des ventes peut l’avoir dans sa mallette. Tout ce que vous avez à faire est de cliquer sur l’interrupteur, verser un peu de café, les lunettes s’initialisent, et quand le son commence, le plaisir commence

Sur notre site, nous n’avons pas de solution aussi cool pour le moment. Nous le faisons par l’intermédiaire d’un service de paiement, via Vimeo, et des services comme Facebook, YouTube ou Vimeo, c’est-à-dire les réseaux sociaux, il y a beaucoup de données en connexion derrière cela et si cette connexion est faible, vous ne verrez que de la neige à moins de baisser la qualité jusqu’à 4K. Mais nous produisons essentiellement les fichiers MP4 de base en format vidéo à 360 degrés dans la résolution 8K, parce que nos clients aiment aussi l’utiliser sur un moniteur grand écran tactile à haute résolution, loué par exemple à l’occasion d’un salon.

Stefan : D’après-toi, les utilisateurs standard vont-ils continuer à utiliser un smartphone avec des lunettes appropriées, ou bien les casques VR vont-ils progressivement s’installer dans ce domaine, en-dehors de leur utilité pour le gaming ?

Marcus : Vous avez besoin d’une bonne connexion et vous avez besoin de bons écrans. Google a établi des normes voilà trois ans, quand ils étaient un peu plus branchés high-tech ; comme par exemple, le capteur gyroscopique de votre smartphone, de sorte à ce que l’image soit bien nette. En résumé si vous utilisez la technologie la plus récente, tout est bon aujourd’hui. Bien sûr, vous ne pouvez pas le faire avec un Nokia de l’époque. Donc, mise à jour logicielle, bons écrans, je travaille personnellement avec le Pixel de Google, parce que je suis un passionné de Google.

Pendant trois ans, j’ai observé en Allemagne comment les choses ne se passent pas si bien en ligne. C’est pourquoi nous avons récemment lancé les applications 360-up, donc avec nos visites CMS dans la version hors ligne, vous pouvez choisir votre appareil et tout fonctionne bien. Par conséquent, votre téléphone a juste besoin d’un bon processeur et d’une bonne résolution. Nos applications fonctionnent également sur iPad, bien sûr, et ce que nous faisons maintenant avec les vidéos : nous aimons les éditer avec le « switch-on bouton-running-solution » téléchargé sur nos casques VR.

Stefan : Oui, nous sommes maintenant arrivés à peu près dans notre futur ; et l’année prochaine, afin de boucler la boucle, Elon Musk va probablement voler autour de la lune pendant une semaine et veut éditer le tout dans un projet 3D, que vous pourrez ensuite regarder sur des lunettes de réalité virtuelle, est-ce réaliste ?

Marcus : Absolument, et même aujourd’hui en allant sur notre site web, vous pouvez déjà voler dans un scan 3D à travers un vaisseau spatial qui est situé à Düsseldorf en utilisant le cloud de points de données.

Stefan : Merci beaucoup Marcus Mitter de 360-up à Düsseldorf.